· 

À propos de la Réunion pour la 64ème session de la Condition de la Femme DGCS

Le 15 janvier, l’AFFDU a participé, au secrétariat chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, à la réunion avec les associations françaises en vue de préparer la participation française à la 64ème session de la CSW Commission de la Condition de la Femme aux Nations Unies (New York) du 8 au 20 mars 2020.


Cette 64e session célèbre le 25e anniversaire de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes organisée par les Nations Unies à Pékin en 1995. Cette quatrième et dernière Conférence Mondiale de la Femme avait produit une Déclaration révolutionnaire mettant l’accent sur les discriminations nombreuses dont les femmes sont victimes dans le monde entier. Elle a provoqué une prise de conscience mondiale et sa PFA (Plate Forme d’Action)°avait donné aux États Membres une feuille de route et un véritable programme pour formuler des politiques et entreprendre des actions dans 12 domaines prioritaires afin de faire progresser la condition des femmes en éradiquant les discriminations.
Monsieur BUISSON, directeur adjoint du cabinet de Madame Schiappa, a rappelé les priorités de la France en accord avec celles des membres de l’Union Européenne : lutte contre les violences à l’encontre des femmes, défense des droits reproductifs, autonomisation économique des femmes et défense des femmes face au changement climatique et pour le développement durable.
En outre la France affirme sa volonté d’avoir une diplomatie féministe. Dans le cadre de l’Aide au Développement elle a engagé 120 millions d’euros pour le développement de l’entrepreneuriat féminin en Afrique
La réunion visait à informer les ONG françaises, à connaitre leurs propres priorités, savoir si elles avaient l’intention d’animer des ateliers pour le Forum des ONG tenu parallèlement à New York pendant la CSW qui feront le bilan des progrès dans le monde pendant ces 25ans. Une quarantaine d’ONG françaises étaient présentes mais un nombre plus restreint ira en délégation à New York.
La session officielle en Assemblée Générale et en réunion des États Membres fera le bilan des progrès réalisés au cours des 25 années afin de revoir les engagements internationaux et d’accélérer la mise en œuvre de projets concrétisant les engagements. Les priorités françaises, s’inscrivant dans celles de l’Union Européenne, donnent priorité à la lutte contre les violences à l’encontre des femmes, leur autonomisation économique avec salaire et responsabilités égales, les droits reproductifs, la lutte contre le changement climatique.

 

Enjeux internationaux
M. Buisson a rappelé que la France, affichant sa volonté d’avoir une diplomatie féministe, s’était portée candidate ainsi que le Mexique pour organiser un évènement international destiné à célébrer PEKIN+25. Il s’agira d’un Forum International mobilisant des acteurs des différents États Membres, partenaires de la société civile, ONG, stakeholders du secteur privé, organisations de jeunesse etc…, tous demandent la reconnaissance de l’égalité femmes-hommes et un nombre plus important d’actions concrètes pour accélérer la mise en œuvre d’une égalité véritable. ONU FEMMES est la cheville ouvrière pour l’organisation de ces deux Forum (Fori), au Mexique en Mai et à Paris en juillet.
IL a également réaffirmé que la France poursuivra les échanges avec les partenariats à l’œuvre durant le G7 à Biarritz en Aout 2019.
Mme Delphine O secrétaire Générale du FORUM ÉGALITÉ a fait le point sur le retour « Genre et Climat » après la récente COP 25 qui devait avoir lieu au Chili et a dû être délocalisée à Madrid. Les résultats ont été très décevants après des débats très longs et peu d’engagements sur l’accord de Paris signé à la COP 21 qui avait remporté une adhésion unanime. Certains États se sont même retirés de cet accord.
Mme Emme Letellier, point focal national Genre et Développement durable, Ministère de la Transition écologique et solidaire, Bureau changement climatique et maitrise de l’Énergie, a fait le point sur genre et développement durable.

 

Organisation de la délégation française
La composition gouvernementale de la délégation française a été présentée avec le programme, la présence de la ministre, ses interventions à l’Assemblée générale et dans certains séminaires bilatéraux, la présence d’une délégation parlementaire.
On a donné des informations en ce qui concerne la délégation ONG française, les formalités pour inscriptions, pour obtenir les badges pour les problèmes de sécurité renforcée.
Parmi les interventions des associations présentes pour souligner les thématiques qui leur paraissent importantes à traiter dans cette sessions CSW 64th, ont été rappelés les violences contre les femmes, les droits reproductifs, l’Égalité salariale, éléments qui leurs paraissent importants, les femmes et la sécurité. L’AFFDU a signalé que des évolutions techniques et sociales ont été nombreuses et rapides pendant les 25 ans écoulés. Les nouveaux défis qu’elles posent à l’égalité femmes-hommes doivent être considérés. Parmi ces défis on notera les transformations qu’amènera l’intelligence artificielle en matière de marché, d’emplois, de fracture numérique, de fracture sociale ainsi que des questions éthiques. De nombreuses institutions internationales, interparlementaires, et privées sont déjà au travail sur ce sujet, mais l’aspect genre doit être inclus dans les problématiques.
La question a été considérée importante et on nous a répondu que dans le secrétariat d’état un groupe d’avocats travaille sur le sujet en liaison avec d’autres institutions.


Note pour l’AFFDU
On doit signaler que la déclaration et la plateforme de Pékin ont déclenché une conscientisation mondiale et provoqué des actions politiques innovatrices pour les femmes depuis 25 ans. Elles ont fait l’objet de nombreuses attaques de la part des gouvernements conservateurs et même d’associations conservatrices issues en particulier de toutes les religions pour renégocier à la baisse les éléments de langage de la PFA. Ceci explique sans doute que pour la célébration du 25e anniversaire ONU femmes et le gouvernement français, hôte de cette célébration, aient opté pour une opération mondiale de communication.
GÉNÉRATION ÉGALITÉ avec des jeunes féministes en avant premières. Les Nations Unies en revanche font une révision documentée de tous les progrès accomplis et des manques à combler. Je pense que ce sera fait à la CSW64th à New York 2020 mais en parallèle on fera aussi la promotion de la célébration qui se fera à Mexico en Mai et à Paris en juillet pour la célébration avec le Forum GÉNÉRATION ÉGALITÉ.

 

Renée Gérard